Fête du Peuple Batanga Le 9 MAI

Publié le par arnolddollard



MAYI 2008 : le peuple Batanga se souvient du retour de ses ancêtres de la déportation
Ce 09 Mai 2008 est l’apothéose des activités marquant la 92ème édition de la fête commémorative du retour de l’exil du peuple Batanga. Un événement qui est devenu à la fois un souvenir et une tradition.

En 1914 lorsque la première guerre mondiale éclate et fait des vagues jusqu’à la côte atlantique, les populations Batanga se retrouvent coincées entre les feux des belligérants. Grâce au corps expéditionnaire franco-britannique, ces populations sont éloignées de Kribi, véritable épicentre des hostilités et déportées sur les flancs du Mont Cameroun à Moliko, Bolifamba … etc. La guerre terminée, les populations Batanga retrouvent leur terre natale en deux vagues, le 14 février et le 09 mai 1916. Depuis lors, tous les ans, les populations Batanga commémorent ce retour.

Depuis le 1er mai, les activités ont meublé l’événement, notamment le sport avec la lutte traditionnelle, le football et la natation ; la tradition avec l’hommage aux morts ainsi que le grand opéra qui a eu lieu la veille même de l’apothéose à la salle des fêtes de Mboamanga (Ndabo ya itondi da lohove).

Le grand défilé carnavalesque à travers les artères la cité balnéaire aura constitué le clou de la célébration. Des fils et filles Batanga estimés à des milliers d’âmes ont marché dans les rues de Kribi pour marquer les mémoires sur la vie de leurs ancêtres. Le carré des dignitaires, constitué notamment du chef supérieur sa majesté Mahouvé 3, du président d’organisation le Maire Benae Bell, les chefs traditionnels et autres notabilités, ont chanté dans les grands carrefours de la ville, l’hymne de ralliement et prononcé des bénédictions pour la ville de Kribi. Sur les pancartes, on pouvait lire que les différentes délégations venaient d’Ekondo titi, de Sangmelima, de Botaland, de Bolifamba, de Sandjé et de Mabeta.

Après le défilé carnavalesque, la grande Communion s’est faite dans un bain populaire, dans une euphorie générale. On pouvait alors entendre ça et là mayi ma yamu !!!

Publié dans Kribi ville

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article